Vous êtes ici : Accueil > Techniques et innovations > Elevage > Les réseaux d'élevage : des références pour les éleveurs > L’impact environnemental

L’impact environnemental

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

La biodiversité et l’environnement font parties des préoccupations sociétales. Afin d’y répondre, les filières agricoles s’organisent. HVE3, Label bas carbone, démarche qualité, agroforesterie … sont des méthodes de labélisation des pratiques respectueuses de l’environnement mises en place par les agriculteurs.

Lors de la COP21 de Paris 2015, des objectifs ont été établis par la convention des Cadres des Nations Unis ; objectifs réitérés en septembre 2019 lors du Protocole de Göteborg :

  • Objectif Europe :
    • -20% de gaz à effet de serre
    • - 20% d’énergie fossile
    • + 20% d’énergie renouvelable
  • Objectif France :
    • - 40% de GES
    • - 20% d’énergie fossile
    • + 1/3 d’énergie renouvelable
      • Objectif de neutralité carbone pour 2050

La filière laitière s’engage et d’ici 2028, tous les élevages laitiers devront avoir évalué leur empreinte carbone afin de respecter le cadre réglementaire fixé lors des différentes commissions sur le climat. Le but est aussi de permettre un affichage environnemental des produits afin d’informer le consommateur sur l’empreinte carbone, le respect de la biodiversité et de la qualité l’eau.

L’empreinte Carbone c’est quoi ?

L’empreinte carbone prend en compte les émissions directes et indirectes de gaz à effet de serre d’un produit tout au long de son cycle de vie.

Elle peut être calculée à différentes échelles : au niveau d’un atelier, d’une exploitation, d’un groupe d’exploitation, d’une laiterie, d’une filière, d’un département, d’une région, d’un pays …

Cette empreinte carbone est calculée pour tous les secteurs d’activités.

Ainsi, la filière laitière (de l’élevage au consommateur) représente 6% des émissions de gaz à effet de serre de la France en 2013 (source institut de l’élevage). L’objectif de la filière est d’être sous les 0,8 kg CO2/l de lait. L’unité d’expression, le kg de CO2, prend en compte l’ensemble des gaz à effet de serre.

Source CNIEL « Dico du Lait »

L’empreinte carbone brute moyenne du lait des élevages français est comprise entre 1 et 1,5 kg* CO2/l de lait. Cette valeur tient compte de l’impact environnemental des achats et des pratiques de l’atelier laitier après déductions du carbone exporté (ventes de produits lait ou viande).

L’empreinte carbone nette est comprise entre 0,7 et 1,2 kg* CO2/l de lait. Son calcul déduit à l’empreinte brute le stockage de carbone sous les prairies et la biodiversité entretenue par l’atelier.

Les émissions de CO2/litre de lait à la ferme ont baissé de 20% entre 1990 et 2010 (augmentation des pratiques éco-responsables et des conversions à l’agriculture biologique).

Après la vente des produits agricoles, les émissions liées à la collecte, la transformation et la distribution s’élèvent en moyenne à 0,155 kg CO2/litre de lait.

L’élevage : des impacts négatifs … et des contributions positives !

Les sources d’émissions comptabilisées au sein d’une exploitation d’élevage sont :

  • Les animaux avec les émissions de méthane
  • La gestion des effluents (bâtiments d’élevage et stockage) et les restitutions au pâturage
  • L’épandage d’engrais minéral et organique
  • Les émissions indirectes de N2O liées au lessivage de l’azote
  • L’énergie de carburation, produits intrants (aliments, fertilisants)

Selon le type de conduite (plus ou moins extensif), l’élevage laitier compense 5 à 40% pour 16 à 78%  en élevage allaitant de ses émissions de GES par le stockage du carbone : prairies, haies et autres éléments de biodiversités entretenus dans le cadre de l’activité d’élevage. A l’échelle nationale, 28% des émissions de l’élevage des herbivores sont stockés dans les prairies et haies.

Performances environnementales et technico-économiques fortement corrélées

Améliorer ses performances environnementales n’est pas seulement bénéfique à l’environnement, c’est aussi garantir la durabilité de son exploitation dans sa globalité.

L'efficience des pratiques s'accompagne souvent d'une réduction des intrants (aliments, engrais, carburants ….) améliorant les performances environnementales et économiques de l'exploitation.

Cette efficience repose entre autre sur le recyclage optimal de l'azote, du phosphore et du carbone au sein du système d'exploitation en limitant les pertes gazeuses ou les fuites d'azote vers l'eau (nitrates).

 Les principaux leviers d'action identifiés sont :

  • la valorisation du pâturage,
  • la réduction du recours aux intrants (optimisation des concentrés et de la teneur en azote de la ration, optimisation des apports d'engrais, ...),
  • la gestion des effectifs (aspects sanitaires, reproduction, âge au premier vêlage, ...),
  • la réduction de la dépendance énergétique
  • l'implantation de légumineuses pour l'autonomie protéique et/ou la fixation de l'azote.
  • ...

D’après une étude récente, un hectare de prairie absorbe le carbone émis par une voiture qui roulerait entre 15 000 et 45 000 km par an ! Le fait de consommer de la viande entretient nos prairies qui stockent le CO2 dans le sol, c’est un cycle !

La réalisation d’un diagnostic permet d’évaluer les performances environnementales. Il apporte aussi l’analyse des contributions positives telles que les performances nourricières (nombre de personnes nourries par an) ou encore le stockage carbone et la biodiversité.

L’environnement est un thème complexe sur lequel il est nécessaire d’avoir une communication positive. Un sondage à l’attention des éleveurs sera prochainement mis en ligne afin de mieux appréhender le ressenti et les besoins des éleveurs. Nous vous invitons à y répondre massivement et à le diffuser autour de vous.

Une série d’articles vous permettra de mieux appréhender cette thématique de l’environnement.

Prochains articles :

  • Retour des diagnostics déjà réalisé sur le département
  • Retour sur le sondage (sous forme d’une brève)
  • Etudes du réseau d’élevage lait du Grand est
  • Focus sur les Fermes suivies dans le dispositif réseau d’élevage avec une mise en application du retour du sondage

 

Cécile GOISET

Marie AUPRETRE

* Les fourchettes tiennent compte de la diversité des exploitations laitières du territoire français

Contact

Besoins d'informations ?
Votre conseiller :

Cécile GOISET

Tél : 03 24 33 89 69
Port : 06 23 38 98 68
Mail : c.goiset@ardennes.chambagri.fr